République Tunisienne République Tunisienne
Ministère de l'Industrie et du Commerce
Langue : Francais

    Culture d’olives en Tunisie

    La culture d’olives en Tunisie

    La Tunisie est le pays le plus connu dans la culture d’oliviers et ce dans la région sud méditerranéenne; plus de 30% de sa terre cultivable est consacrée à la culture d'olives (1.68 million d'ha).

    Si on exclu l’union européenne, la Tunisie sera la puissance mondiale principale dans le secteur d'huile d'olive. La Tunisie est entrain de fournir de grands efforts afin de restructurer et moderniser ce secteur ainsi que de relever la qualité d'huile d'olive et d’augmenter la surface cultivée.

     

    Importance socio-économique

    La culture d’olives joue un rôle essentiel dans la vie sociale et économique de la Tunisie et représente presque 15% de la valeur totale de la production agricole finale. Le commerce international en huile d'olive représente 50% des exportations agricoles totales et 5.5% des exportations globales, faisant de lui la cinquième source de revenus en devises étrangères pour le pays.

    Le secteur des olives (culture d’olives, industrie d'huile d'olive) représente le gagne-pain direct ou indirect pour plus de 1 million de personnes et génère 34 millions de jours de travail par année, équivalent à plus de 20% de l'emploi dans le secteur de l'agriculture. En l’an 2000, il y a eu 236 500 exploitations agricoles avec des champs d’oliviers, dont 84% étaient au-dessous de 5 ha.

    La culture des olives a également participé au développement de l’équilibre régional parce qu’elle reste la seule récolte possible dans les régions les moins favorisées. Ceci aide à maintenir des personnes dans les régions rurales qui, autrement, sentiraient le choc négatif de la dépopulation.

    Ressources et localisation

    Les ressources d’olives en Tunisie sont estimées à plus de 65 millions d'oliviers, répandues sur 1 680 000 ha, parmi lesquels 75 000 ha sont allouées aux cultures organiques certifiées. C'est une source d'emploi pour 269 000 ou 57% des fermiers dans le pays et représente 45% d'exportations agricoles, faisant une moyenne de 120 000 t par an.

    Au niveau mondial la Tunisie est classée quatrième en terme de nombre d'oliviers et deuxième mondial, en terme de surface cultivée. La densité moyenne du verger s'étend entre 100 et 150 arbres/ha et ce dans les champs irrigués et 40 arbres/ha dans des vergers à forte pluviométrie et cultivés pour la production d’huiles d’olive. Une fois destinées aux olives de table, la densité du verger change de 200 arbres/ha en conditions irriguées à 100 arbres/ha sous culture sèche.

    En règle générale, il y a 100 oliviers/ha dans le nord, comparé à 60 arbres/ha au centre et 20 arbres/ha dans le Sud. Actuellement, il y a 2 000 ha de vergers super intensifs, qui produisent une moyenne de 7-8 t par ha.

    La production et rendement

    Traditionnellement, la Tunisie a toujours produit une moyenne de 100 000 t d'huile d'olive par an; cependant, durant la période 2000/01 et 2003/04, la production moyenne a été de 129 300 t et a enregistré un niveau maximal de 280 000 t entre 2003/04.

    D’année en année, on enregistre d’énormes oscillations dans la production (qui varient selon divers facteurs de 1 à 8 tels que les caractéristiques alternatives de relevé d’échantillon de la récolte d’olive, la pluviométrie et les pratiques culturelles).

    A titre d’exemple, la production a largement oscillé de 270 000 t entre 1996/97 à 35 000 t entre 2001/02 et 72 000 t entre 2002/03, en raison de trois saisons consécutives de sécheresse. En 2003/04, elle a encore grimpé pour atteindre une quantité absolue de 280 000 t. En termes de volume, la Tunisie est le second producteur mondial, derrière l'union européenne dans son ensemble, et elle est classée quatrième quand les différents pays de l'union européenne sont considérés, en arrivant derrière l'Espagne, l'Italie et la Grèce.

    Les prévisions de production pour la période 2008-2010 sont approximativement de 210 000 t, comparé au niveau de production de 129 300 t dû à la sécheresse observée de 2000/01 à 2002/03.

    Le rendement moyen (olive /ha) change de manière significative par région et selon la pluviométrie. En campagnes de production de 1998/99 et 1999/00, les vergers d’olives pour l'huile olive ont donné des rendements respectifs de 650 kg/ha et de 800 kg/ha, alors qu’un rendement de 1 400 kg/ha a été enregistré pour les olives de table.

    Bien que le progrès ait été accompli, en améliorant des pratiques culturelles, ces rendements sont toujours très petits et seraient en dessous du potentiel réel.

    La transformation du secteur

    Le secteur d’olives passe par une étape transitoire comportant la création et la modernisation des moulins et l'élimination progressive des méthodes traditionnelles.

    Actuellement, il existe 1 517 moulins fonctionnant en Tunisie destinés à l’huile d'olive.

    Les capacités d'écrasement sont passées de 8 000 T/jour en 1986 à 28 000 T/ jour actuellement. En dépit du changement vers la modernisation, les moulins traditionnels (52%) dépassent toujours légèrement les équipements de traitement modernes (48%).

    La modernisation du secteur, couplée avec l’amélioration des pratiques culturelles ont abouti à un produit meilleur et à une quantité plus grande. Par exemple, 70 % de production tunisienne est caractérisée par une huile d’olive de qualité, qui n’était que de 25% en 1985.

    La transformation du secteur comporte également 14 raffineries ; cependant, seulement une petite partie de leur activité est consacrée à l'huile d'olive, due à la faible demande de l'huile d'olive raffinée.

    Il existe également 14 usines d'extraction d’huile de grignons d'olive, qui fonctionnent en dessous de leurs capacités et 35 usines de conditionnement modernes, qui ont été consolidées ces dernières années et qui ont fourni de grands efforts pour amplifier l'expansion du secteur.

    Trouver un conditionneur